Pour ce test, je vais m'éloigner un peu de ma ligne de conduite habituelle qui consiste à observer une certaine objectivité. Duke Nukem Forever sera un titre qui divisera les joueurs, pour la simple et bonne raison que la plupart des joueurs s'étant mis à notre loisir favori ces dernières années, ne seront pas en mesure d'apprécier une production old school (dans l'esprit) comme celle-là.

Je m'explique. Syndrôme du « c'était mieux avant » ou non, malheureusement, aujourd'hui, trop de joueurs jugent un jeu avant tout sur ses performances graphiques, au détriment de sa profondeur et de son gameplay. Les pyjamas élevés au Call Of Duty, passez donc votre chemin. (Amalgame facile, mais trop tentant.)Bref, Duke Nukem Forever, c'est à l'ancienne, c'est un peu rustique. Et pour être honnête, c'est techniquement dépassé, rigide dans le maniement de votre illustre personnage, linéaire, et graphiquement pas forcément très reluisant.

Cependant... On pardonne finalement assez facilement des défauts qui pourraient être rédhibitoires. L'humour décalé, à prendre au minimum au 36 ème degré, le fun immédiat, ainsi que la variété des situations et la longueur honnête de l'aventure (Une bonne quinzaine d'heures) parviennent à convaincre.

Augmenter sa jauge de vie en faisant des tractions, piloter une voiture téléguidée, observer des filles dénudées ou balancer un trophée « World's greatest man » à la tête d'un alien, c'est clairement le genre de bouffée d'air frais qui permet de s'amuser plus franchement que dans un FPS ou vos coéquipiers crient « Get out of there it's gonna blow ! » à n'en plus finir.Le level design, s'il aurait pu être plus inspiré, sait toutefois surprendre. Si l'IA n'est pas bien maline, la difficulté est cependant assez relevée. Le titre reste enfin accessible, et procure vraiment une bonne dose de fun au vu des situations invraisemblables qui s'enchaînent.

Je ne mettrai pas de note cette fois-ci, à vous de voir si vous êtes réceptifs à l'humour du Duke, mais personnellement, je vous déconseille de passer à côté. Le dernier FPS ou j'ai autant pris mon pied, c'était BulletStorm.